Imprimer

Réponse à l’ambiguïté : L’EIIL ne sont pas des Khawârij car ils ne jugent pas mécréants en raison de péchés majeurs

Écrit par Sheikh Khâlid ‘Abder-Rahmân. Publié dans 'Aquidah et Manhaj (Croyance et méthodologie)

> Croyance

Réponse à l’ambiguïté : L’EIIL ne sont pas des Khawârij car ils ne jugent pas mécréants en raison de péchés majeurs.

Par Sheikh Khâlid ‘Abder-Rahmân – qu’Allah le préserve.

> Traduit de l’arabe par votre frère Mehdi Abou Abdirrahman


Voici la traduction d’une parole du noble cheikh salafi Cheikh Khâlid ‘Abder-Rahmân –qu’Allah le préserve- dans laquelle il parle des Khawârij et de l’organisation extrémiste khârijite Daech (EIIL, EI) et dans laquelle le cheikh réfute en détails et avec preuves l’ambiguïté qui consiste à dire que Daech ne sont pas des Khawârij car ils ne jugent pas les musulmans comme étant mécréants en raison de péchés majeurs :

"Sheikh Al-Islâm Ibn Taymiyyah –qu’Allah lui fasse miséricorde- et d’autres que lui parmi les savants ont démontré lorsqu’ils ont parlé des groupes de Khâwârij que certains parmi les Khawârij ne jugent pas mécréant en raison de tout péché majeur mais qu’ils jugent mécréant en raison de certains péchés majeurs et pas d’autres.

Beaucoup de gens disent : "Ô mon frère ! Ceux-là ne jugent pas mécréant en raison de la fornication maintenant et ne jugent pas celui qui consomme de l’alcool comme étant mécréant et ne jugent pas celui qui pratique l’usure comme étant mécréant. Et ils ne jugent pas mécréant… et ils ne jugent pas mécréant …Comment pouvez-vous les appeler Khawârij ?!".

Et cette ambiguïté est équivoque pour beaucoup de gens qui ne savent pas que parmi les Khawârij il y en a qui jugent mécréant en raison d’un péché majeur et il y en a qui ne jugent pas mécréant en fonction d’un péché majeur et c’est pour cela qu’il y a une catégorie de Khawârij qui jugent les gouverneurs comme étant mécréants.

Maintenant, le fait de juger par autre que ce qu’Allah a descendu est un péché parmi les péchés et donc si toi tu ne juges pas mécréant le fornicateur et celui qui consomme de l’alcool et délaisse la zakât ou que tu ne juges pas mécréant celui qui délaisse le jeûne, alors le fait de juger par autre que ce qu’Allah a descendu est un péché parmi les autres péchés et que donc on ne juge pas mécréant en fonction de cela.

Et donc, si toi tu juges mécréant en raison du fait de juger par autre que ce qu’Allah a descendu, alors tu auras l’avis de l’école des Khawârij et c’est l’un des groupes parmi leurs groupes : ceux qui ne jugent mécréant qu’en raison de certains péchés et qui sont sujet à l’unanimité des Khawârij !

Le péché au sujet duquel tous les Khawârij sont unanimes quant au fait de juger mécréant celui qui commet ce péché c’est le fait de juger par autre que ce qu’Allah a descendu.

Et c’est pour cela que Sheikh Al-Islâm Ibn Taymîyyah –qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit au sujet de ce verset (dont la traduction du sens est) : "Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants". Sourate Al-Mâidah v.44. Sheikh Al-Islâm dit: "N’ont utilisé comme preuve la généralité de ce verset, et ne l’ont pris dans sa généralité que les Khawârij".

Et c’est pour cela que l’imam Ibn Bâz –qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit : "Quiconque délaisse l’obéissance au gouverneur et sort de la jamâ’ah est un khârijî".

Et Al-Barbahârî –qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit : "Celui qui sort de l’obéissance est un khârijî". Donc, ce n’est pas une condition pour qu’un individu soit un khârijî qu’il juge mécréant en raison de tout péché majeur.

C’était donc une première chose. Il (celui qui pose la question pendant le cours) parle de Daech, qu’il se peut qu’ils prétendent établir la religion et le tawhîd et qu’à la base ils ne jugent pas mécréant en raison de péchés majeurs, et donc comment réfuter ceux qui éprouvent de la sympathie envers eux ? Premièrement : il est obligatoire aux musulmans de renvoyer leurs affaires à ceux qui sont compétents. Allah dit (ce dont la traduction du sens est) : "Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement parmi eux, ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés, auraient appris (la vérité de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement)". Sourate An-Nisâ v.83.

Et que donc si une épreuve touche les musulmans et que parvienne une nouvelle rassurante ou alarmante, nous revenons aux savants.

Maintenant, l’imam le très savant le jurisconsulte Sheikh Al-Fawzân et d’autres parmi les gens de science, que disent-ils à propos de ceux-là ? Daech : qu’ils sont des Khawârij.

Et qu’ils sont des gens qui amènent des troubles et qu’ils sont de mauvaises gens, ils massacrent les musulmans. Et ceux-là ont comme croyance que tout individu qui n’accepte pas l’autorité d’Al-Baghdâdî est un mécréant. Et donc comment peux-tu dire qu’ils ne jugent pas mécréant en raison d’un grand péché ?! Ils font le takfîr (jugement de mécréance) de masse ! C’est-à-dire que tout individu ne reconnaissant pas l’autorité d’Al-Baghdâdî est un mécréant pour Daech et ils jugent les gouverneurs mécréants et ils disent que tous les gouverneurs musulmans du Monde entier sont des mécréants. Ceci est la croyance de Daech. Et ils jugent le sang (illicite) comme étant licite et ils massacrent et ils ne respectent, à l’égard d’un croyant, ni parenté ni pacte conclu. Et donc si ceux-là ne sont pas les Khawârij, qui sont donc alors les Khawârij ?! Qui sont les Khawârij ?! Ceux qui disent : "Quiconque ne reconnaît pas l’allégeance à Al-Baghdâdî est un mécréant qu’il est obligatoire de tuer" et que "tous les gouverneurs des musulmans sont mécréants" : Si ceux-ci ne sont pas la base des Khawârij, alors je ne connais aucun khârijite sur Terre !!

Et c’est pour cela qu’il est obligatoire de revenir aux gens de science, surtout les jeunes. Il incombe aux jeunes d’apprendre afin que leurs sentiments ne les emportent pas.

Quant à ce qu’ils montrent en apparence en termes de mise en pratique des peines légales et exaltent les injonctions sacrées d’Allah, cela est connu de la nature des Khawârij. Le Prophète صلّى الله عليه و سلّم a dit comme cela est rapporté dans les deux Authentiques : "L’un d’entre vous dépréciera sa prière par rapport à la sienne et son jeûne par rapport au sien".

Et donc ils montrent en apparence une exaltation de la Législation d’Allah en termes de prière et de zakât et d’application des peines légales mais ils ont une croyance pervertie et c’est pour cela qu’il convient de ne pas être dupé par ce qu’ils montrent en apparence en termes d’exaltation de la Religion.

Les premiers Khawârij : Pourquoi ont-ils tué les Compagnons du Messager d’Allah صلّى الله عليه و سلّم lorsque les Khawârij ont proclamé l’exaltation de la Religion : (en disant) : "Le jugement n’appartient qu’Allah !" : ‘Alî dit alors : "C’est une parole de vérité par laquelle le faux est voulu !"

Et donc ils ont montré en apparence en termes d’exaltation de la Religion et d’application des peines légales de la Religion ce en raison duquel ils ont jugé le sang des Compagnons comme étant licite et donc ils ont jugé les Compagnons comme étant mécréants et les ont tués et ont jugé leur sang comme étant licite sous couvert d’exaltation de la Religion et au nom de l’exaltation de la Religion : "Le jugement n’appartient qu’à Allah !" : ‘Alî dit alors : "C’est une parole de vérité par laquelle le faux est voulu !".

Ceci est la voie des Khawârij depuis l’ancien temps et donc il est obligatoire d’être sur ses gardes et de prêter attention à cela et d’être ardent dans la quête de la science et d’être en contact avec les savants de la Sunnah et du hadîth et les jurisconsultes les Gens du hadîth et du athar afin que l’individu ne tombe pas dans le filet de ces imposteurs. Oui.

Qu’Allah vous récompense en bien !".


Réponse à l’ambiguïté : L’EIIL ne sont pas des Khawârij car ils ne jugent pas mécréants en raison de péchés majeurs
Par Sheikh Khâlid ‘Abder-Rahmân – qu’Allah le préserve
Source : www.ajurry.com .

Imprimer

Chapitre des règles du takfîr tiré du livre ‘’Les règles exemplaires’’ de Sheikh Al-‘Othaymîn

Écrit par Sheikh Mohammad bin Sâlih Al-Othaymîn. Publié dans 'Aquidah et Manhaj (Croyance et méthodologie)

> Croyance

Chapitre des règles du takfîr tiré du livre ‘’Les règles exemplaires’’ de Sheikh Al-‘Othaymîn

Par Sheikh Mohammad bin Sâlih Al-‘Othaymîn - qu’Allah lui fasse miséricorde.

> Traduit de l’arabe par votre frère Mehdi Abou Abdirrahman


Le grand imam salafi Cheikh Mohammad bin Sâlih Al-‘Othaymîn –qu’Allah lui fasse miséricorde- a consacré un chapitre entier aux règles du jugement de mécréance et du jugement de perversité dans son livre très bénéfique intitulé "Les règles exemplaires".

En voici la traduction avec l’explication du livre faite par l’auteur lui-même qu’Allah lui fasse miséricorde :


Nota bene :

1. Le texte de l’auteur est en noir

2. L’explication du texte faite par l’auteur du livre lui-même est en bleu.

3. L’explication est tirée des Faces A et B de la K7 n°12 de l’explication : www.ibnothaimeen.com


 "Si quelqu’un venait à dire : Et prêtez attention à la question car elle est importante !

"Est-ce que vous jugez les gens du ta˜wîl comme étant mécréants ou les jugez-vous comme étant des pervers ?".

Que reste-t-il ? Reste : "Ou les excusez-vous ?". Mais on ne l’a pas dit.

Nous disons que le jugement de mécréance ou le jugement de perversité ne nous revient pas mais revient à Allah Le Très-Haut et à Son Messager صلّى الله عليه و سلّم car cela fait partie des jugements légiférés dans lesquels il faut revenir au Coran et à la Sunnah et donc il est obligatoire de s’assurer à ce sujet de la manière la plus forte et donc n’est jugé comme étant mécréant et n’est jugé comme étant pervers que celui au sujet duquel le Coran et la Sunnah ont indiqué sa mécréance ou sa perversité.

Oui, le jugement de mécréance ou de perversité ne nous revient pas. Comme les jugements d’obligation et d’interdiction ne nous reviennent pas.

Cela revient à qui ? A Allah et à Son Messager صلّى الله عليه و سلّم . Donc, si Allah et Son Messager صلّى الله عليه و سلّم disent au sujet de cette parole ou de cette action ou de ce délaissement que c’est une mécréance, nous disons alors que c’est une mécréance et on ne soucie pas. Et si Allah et Son Messager صلّى الله عليه و سلّم ne disent pas que c’est une mécréance, il nous est alors illicite de dire que c’est une mécréance. Comme lorsqu’Allah et Son Messager صلّى الله عليه و سلّم disent que ceci est illicite, alors il nous est obligatoire de dire que c’est illicite et on ne se soucie pas. Que les gens soient satisfaits de cela ou qu’ils détestent cela. Et s’ils ne disent pas que c’est illicite alors on ne dit pas que c’est illicite. Je veux vous faire comprendre que : Le jugement de mécréance est un jugement légiféré qui ne peut être compris qu’avec la Législation. Il ne nous revient pas de juger les serviteurs d’Allah comme étant mécréants sauf si Allah Le Très-Haut les a jugés comme étant mécréants que cela soit dans Son Livre ou par la langue de Son Messager صلّى الله عليه و سلّم que ce soit en raison d’une parole ou d’une action ou d’un délaissement car la mécréance peut être par une parole et peut être par une action et peut être par un délaissement.

Et si la description s’avère juste au sujet d’un individu, il nous est alors obligatoire d’appliquer sur lui cette description.

Exemple :

S’il dit une parole par laquelle il mécroit comme le fait qu’il dise qu’Allah Le Très-Haut n’a créé les cieux qu’avec l’aide de quelqu’un !

Que disons-nous alors ?

Celui-ci est mécréant.

Il a dit cette parole.

Est-ce que nous le jugeons mécréant ou pas ?

Oui, nous disons qu’il est mécréant sauf s’il y a une barrière. Au sinon, la base est que celui qui commet ce qui est une cause de mécréance comme parole ou action ou délaissement, la base est qu’il est mécréant.

Quant à la parole de certains ignorants : "la parole est une mécréance mais celui l’a dite ne mécroit pas". Cela n’est pas correct.

Et c’est pour cela qu’est problématique pour certaines gens : est-ce que nous jugeons un individu spécifique comme étant mécréant s’il délaisse la prière ? Quelle est la réponse ?

Il est jugé mécréant de manière spécifique. Et nous le tuons.

Si un individu se prosterne pour une idole, nous le jugeons de manière spécifique comme étant mécréant ou pas ?

Nous le jugeons de manière spécifique comme étant mécréant tant qu’il n’y a pas de barrière. Et donc la base est que la description que la Législation a rendu une mécréance ou une perversité, la base c’est que c’est affirmé au sujet de celui qui a commis l’action sauf s’il y a une barrière. Tandis que le fait de cesser de juger l’individu spécifique comme étant mécréant ou pervers, cela implique que nous écartions tous les genres de mécréance et de perversité des gens. La base est donc que celui qui dit une parole par laquelle il mécroit ou commet une action par laquelle il mécroit ou délaisse quelque chose et en raison de cela mécroit, quelle est la base ? Qu’il est mécréant de manière spécifique.

Voici la base, et on ne se soucie pas. Tant qu’il n’y a pas de barrière. Tandis que s’il y a une barrière comme le fait que le prêche ne lui soit pas parvenu etc. ceci est une autre chose. Ceci est la base.

Et ce qui est étonnant c’est que des gens se détournent de juger l’individu spécifique comme étant mécréant et d’autres lèvent le jugement sur tous les gens !

Ceux-là sont les Mourjis et les autres sont comme les Khawârij. Le jugement de mécréance ou le jugement de perversité ne nous revient pas mais revient à Allah Le Très-Haut et à Son Messager صلّى الله عليه و سلّم car cela fait partie des jugements légiférés dans lesquels il faut revenir au Coran et à la Sunnah et donc il est obligatoire de s’assurer à ce sujet de la manière la plus forte et donc n’est jugé comme étant mécréant et n’est jugé comme étant pervers que celui au sujet duquel le Coran et la Sunnah ont indiqué sa mécréance ou sa perversité. Il est obligatoire de suivre cette règle car elle est indiquée par le Coran et la Sunnah.

Et la base chez le musulman dont l’apparence est qu’il est digne de confiance et que son Islam et son équité restent jusqu’à ce qu’il soit établi de manière sûre que cela lui est retiré en accord avec la preuve légiférée... Lire la suite


Chapitre des règles du takfîr tiré du livre ‘’Les règles exemplaires’’ de Sheikh Al-‘Othaymîn
Sheikh Mohammad bin Sâlih Al-‘Othaymîn - qu’Allah lui fasse miséricorde.
Source : www.ibnothaimeen.com - "Les règles exemplaires" - écrit le 27-11-1403 de l’Hégire.

Imprimer

Sheikh Al-Albânî: Quelle est la règle dans l’excuse en raison de l’ignorance?

Écrit par Sheikh Mohammad Nâsir Ad-Dîn Al-Albânî. Publié dans 'Aquidah et Manhaj (Croyance et méthodologie)

> L’excuse en raison de l’ignorance

Sheikh Al-Albânî: Quelle est la règle dans l’excuse en raison de l’ignorance?

Sheikh Mohammad Nâsir Ad-Dîn Al-Albânî - qu’Allah lui fasse miséricorde

> Traduit de l’arabe par votre frère Mehdi Abou Abdirrahman

 

La question suivante fut posée à l’imam revificateur de la Sunnah, le grand savant salafi Sheikh Mohammad Nâsir Ad-Dîn Al-Albânî qu’Allah lui fasse miséricorde :

"Quelle est la règle de l’excuse en raison de l’ignorance en ce qui concerne l’Unicité ? Et est-ce que la récitation et la lecture du Coran suffisent à lever cette excuse ?".

Voici la réponse du Sheikh qu’Allah Le Très-Haut lui fasse miséricorde : :

"Premièrement : La règle –qu’il sache lire le Coran correctement premièrement et qu’il le comprenne deuxièmement ou qu’il le lise mais ne le comprend pas ou qu’il ne sache ni le lire correctement ni le comprenne correctement- la règle à ce sujet est que le musulman vive dans un milieu islamique authentique et que les croyances soient répandues dans ce milieu jusqu’à ce qu’elles deviennent partie intégrante de ce que les savants des fondements de la jurisprudence appellent : "Ce qui est connu par nécessité comme faisant partie de la Religion".

Et il se peut que tous ceux qui sont présents se rappellent du hadîth de la servante qui faisait paître le troupeau d’ovins d’un homme à Ouhoud et que le loup a assailli le troupeau d’ovins et lorsque l’information lui parvint, l’homme dit en s’excusant de ce qu’il avait fait : "Je ne suis qu’un être humain et je me mets en colère comme le font les êtres humains et donc je l’ai giflée en lui donnant une gifle".

Et il dit : "J’ai une servante, est-ce que je la libère ?". Et il صلّى الله عليه و سلّم ordonna qu’elle soit amenée et lui dit : "Où est Allah ?". Elle répondit : "Au-dessus des cieux". Il dit : "Qui suis-je ?". Elle répondit : "Tu es le Messager d’Allah". Il صلّى الله عليه و سلّم dit : "Libère-la car elle est croyante".

Le témoin argumentatif du hadîth est que le fait qu’Allah soit au-dessus des cieux est une croyance coranique qui est stipulée dans les textes du Coran dans plus d’un verset explicite et c’est une croyance sunnite prophétique au sujet de laquelle il y a de très nombreux ahâdîth mais aujourd’hui beaucoup de sociétés islamiques ne croient pas en cette croyance.

L’homme qui vit dans ce milieu est excusé car la preuve ne lui est pas parvenue contrairement à celui qui est dans une autre société au sein de laquelle la croyance de l’Unicité est répandue et propagée dans cette société qui ressemble le plus à la première société prophétique au sein de laquelle la servante qui était une bergère connaissait cette croyance.

A-t-elle étudié le Coran ? A-t-elle étudié le hadîth du Prophète صلّى الله عليه و سلّم ?".

C’est quelque chose qui est considéré d’habitude comme improbable de la part d’une bergère mais elle vit avec une famille et son maître et sa maîtresse et elle entend d’eux et apprend avec eux et donc apprend ce qu’auparavant elle ne savait pas.

Et si nous ajoutons à ce hadîth et à ce sens la parole d’Allah (dont la traduction du sens est) : "Et Nous n’avons jamais puni [un peuple] avant de [lui] avoir envoyé un Messager". (Sourate Al-Isrâ v.15).

Et si nous avons compris le verset d’une compréhension authentique et que ce n’est pas une compréhension figée sur sa formulation sans ses buts ni ses sens et je veux dire par cela que le verset ne veut pas dire uniquement dans la parole d’Allah Le Très-Haut (dont la traduction du sens est) : "avant de [lui] avoir envoyé un Messager" : C’est-à-dire que toute communauté et tout groupe et en tout temps va lui venir un Messager !

Il se peut que lui vienne un Messager et il se peut que lui vienne le prêche du Messager. Donc, ce qui est important, c’est que le verset ne veut pas seulement dire la personne du Messager mais veut dire le prêche du Messager. Et parmi les preuves de cela est qu’il se peut qu’un Messager vienne à un peuple au sein duquel il y a celui qui est fou et il y a celui qui épileptique (ou touché par un djinn) et celui qui n’a pas atteint l’âge de la puberté et celui qui est sourd etc.

Ceux-là le Messager leur est venu mais le prêche du Messager ne leur est pas venu et à l’opposé de cela il y a ceux à notre exemple : les suiveurs de Mohammad صلّى الله عليه و سلّم : Mohammad ne nous est pas venu directement mais le prêche de Mohammad nous est venu.

Donc, quiconque lui est parvenu le prêche de Mohammad dans sa pureté et dans sa réalité, alors la preuve lui est arrivée et il n’est pas excusé en raison de l’ignorance en fonction de ce que j’ai expliqué précédemment.

D’ici, j’ai dit à plus d’une reprise que beaucoup d’Européens et d’Américains qui sont éprouvés par des prédicateurs qui ont dévié du Coran et de la Sunnah et donnons à titre d’exemple Al-Qâdiyâniyyah car ce groupe fait partie des groupes qui ont une très grande activité dans l’appel à ce qu’ils croient dans leur religion et c’est pour cela qu’ils ont été capable d’influencer des milliers et des milliers d’Anglais et d’Allemands et d’Américains etc.

Et voici le témoin argumentatif :

Ceux-là qui ont suivi le prêche Qâdiyânî : est-ce que la preuve de l’Islam leur est parvenue ? La réponse est non !

C’est le prêche Qâdiyânî qui leur est parvenu et pas la preuve de l’Islam. (Allah dit ce dont la traduction du sens est) : "L’argument décisif appartient à Allah". (Sourate Al-An’âm v.149).

Et elle (la preuve) est donc la condition de la notion de responsabilité que (le résultat) en soit positif ou négatif. La règle est donc que le prêche authentique apparaisse aux individus et donc celui à qui le prêche est arrivé, les preuves lui ont donc été exposées et celui dont ce n’est pas le cas alors non.

Et ce qui régule le sujet c’est l’attention portée au milieu dans lequel vivent ces individus et donc si la société est une société des Gens de la Sunnah et du Consensus -comme ils disaient anciennement même si nous ne sommes pas pour l’utilisation de cette appellation aujourd’hui car elle a, dans les coutumes de ceux qui sont des imitateurs aveugles, le sens d’Al-Achâi’rah et d’Al-Mâtourîdiyyah- mais le sens de ce que nous voulons dire est ceux à qui est arrivé le prêche Salafî et ce sur lequel étaient les pieux prédécesseurs, alors celui-là est celui à qui les preuves ont été exposées mais je pense que ceux-là sont peu nombreux dans tout le monde islamique.

Je pense que cela suffit en termes de réponse à ta question".


  • Ecouter le Sheikh :

    Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.


    | Télécharger | Durée : 0h 08 min


Quelle est la règle dans l’excuse en raison de l’ignorance?
Sheikh Mohammad Nâsir Ad-Dîn Al-Albânî - qu’Allah lui fasse miséricorde.
Source : https://www.youtube.com/watch?v=oDF4yyC0q9I

Imprimer

Sheikh Moqbil : Prendre la parole des savants sur des individus est une imitation aveugle?

Écrit par Sheikh Moqbil bin Hâdî Al-Wâdi’î. Publié dans 'Aquidah et Manhaj (Croyance et méthodologie)

> Minhaj

Sheikh Moqbil : Prendre la parole des savants sur des individus est une imitation aveugle?

Par Sheikh Moqbil bin Hâdî Al-Wâdi’î - qu’Allah lui fasse miséricorde.

> Traduit de l’arabe par votre frère Mehdi Abou Abdirrahman


La question suivante fut posée au grand savant salafi mouhaddith du Yémen Sheikh Moqbil bin Hâdî Al-Wâdi’î –qu’Allah lui fasse miséricorde- en date du 08 du mois de Rabî’ Al-Awwal 1421 de l’Hégire :

"Il y a des gens qui disent que prendre les paroles des savants sur les individus est considéré comme une imitation aveugle. Quelle est la validité de cette parole ?".

La réponse du Sheikh qu’Allah lui fasse miséricorde :

"Toutes les louanges reviennent à Allah. Et que la Prière et la Salutation d’Allah soient sur notre Prophète Mohammad ainsi que sur ses proches et ses Compagnons et ceux qui l’ont soutenu et j’atteste que nul n’a le droit d’être adoré à part Allah, Lui Seul sans rien Lui associer et j’atteste que Mohammad est Son serviteur et Son Messager.

Ceci étant dit :

Ceci est distinctif. Cette parole est ancienne de la part de certains innovateurs. L’imam As-San’ânî a cité dans son livre "Irchâd An-nouqqâd ilâ taysîr al-ijtihâd" :

"Et il y a parmi les innovateurs certains qui disent : Vous interdisez l’imitation aveugle1 alors que vous imitez Yahyâ Ibn Ma’în et donc si Yahyâ dit au sujet d’un homme qu’il est digne de confiance, alors vous dites qu’il est digne de confiance et si Al-Boukhârî dit que le hadîth est authentique, alors vous dites que le hadîth est authentique et donc vous êtes des imitateurs aveugles".

Et donc As-San’ânî a répondu dans son sublime et excellent livre "Irchâd An-nouqqâd ilâ taysîr al-ijtihâd" en disant :

"Ceci ne fait partie de l’imitation aveugle mais fait partie de l’acceptation de l’information du digne de confiance et Allah Le Très-Haut dit dans Son Noble Livre (ce dont la traduction du sens est) :

"Ô vous qui avez cru! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait". (Sourate Al-Houjourât v.6).

Et donc ce verset indique par son sens que si celui qui est digne d’équité nous vient avec une information, nous l’acceptons". Oui, si un homme qui est faible parle sur un imam parmi les grands imams, ils n’acceptent pas sa parole.

L’imam Adh-Dhahabî –qu’Allah Le Très-Haut lui fasse miséricorde- après qu’il ait cité la critique d’Al-‘Ouqaylî sur ‘Alî bin Al-Madînî et ‘Abder-Razzâq ainsi qu’un groupe de savants –qu’a-t-il dit Ô Mes frères !- l’imam Adh-Dhahabi l’a réprouvé et a dit :

"N’as-tu pas de raison (‘aql) Ô Al-‘Ouqaylî ?! Tu te diriges vers les grands érudits de l’Islam et tu parles sur eux alors que l’un d’entre eux est meilleur que toi ?!". Ou avec ce sens.

A titre d’exemple : La parole d’Al-Qardâwî sur Cheikh Ibn Bâz qu’a lue ‘Abdel-Majîd Ar-Rîmî à Jâmi’ Ad-Da’wah – et oui mes frères ! Des sunan ont été répandues à partir de cette mosquée jusqu’à ce qu’elle soit dans les mains de ‘Abdel-Majîd Ar-Rîmî et il a rendu le Jâmî’ malade !- et ‘Abdel-Majîd a lu la parole d’Al-Qardâwî en l’approuvant et parmi les ignorants Yéménites qui écoutaient il y en a qui sont sortis maudissant Cheikh Ibn Bâz !

J’en ai été informé par le frère digne de confiance ‘Abder-Rahmân bin ‘Aychân. Et donc si un faible comme ‘Abdel-Majîd Ar-Rîmî ou Yousouf Al-Qardâwî vient et critique un imam parmi les imams de la Sunnah comme ce qu’a fait Mohammad Zâhid Al-Kawtharî –qu’Allah ne le récompense pas en bien !- qui a critiqué Anas ibn Mâlik et a critiqué l’imam Mâlik ibn Anas et a critiqué l’imam Ach-Châfi’î et a critiqué l’imam Ahmad ibn Hanbal et a critiqué Al-Boukhârî et a critiqué Ibn Hibbân et a critiqué Ad-Dâraqoutnî etc. jusqu’à son époque, on ne prête pas attention à la critique de ce genre de faible, on n’y prête pas attention : Ne nuit en rien l’océan se trouvant le soir plein que le sot y jette une pierre !

Donc ne nuit en rien à ceux-là la critique de ce faible Mohammad Zâhid Al-Kawtharî, cela ne leur nuit en rien et de même.

Mes frères ! Quant à ces imams qui parlent sur ces innovateurs et bien Allah Le Très-Haut dit dans Son Noble Livre ce que vous avez entendu du verset (ce dont la traduction du sens est) : "Ô vous qui avez cru! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair" : et le sens de cela est que si quelqu’un digne d’équité nous vient nous acceptons son information.

Et l’imam Mouslim a rapporté dans son Authentique d’après le hadîth de Tamîm Ad-Dârî –qu’Allah l’agrée- qui dit : Le Messager d’Allah صلّى الله عليه و سلّم dit : "La religion est le conseil". Et dans les deux Authentiques d’après le hadîth de Jarîr bin ‘Abdillâh Al-Bajalî qu’il a dit : "J’ai prêté allégeance au Messager d’Allah صلّى الله عليه و سلّم sur le fait d’accomplir la prière et de m’acquitter de l’aumône légale prescrite et de conseiller tout musulman".

Ô mes frères ! Ces gens-là sont des offensés qui ne peuvent pas se venger ! Ils se défendent avec n’importe quoi ! Regardez cette cassette dans laquelle ‘Abdel-Majîd Az-Zendânî parle de l’assemblée de consultation pour les femmes –l’assemblée de consultation pour les femmes du Yémen- comme dans les pays des mécréants ! Il a dit cela et certains disent : "Par Allah ! Cette parole n’est pas bonne ! Mais ce n’est pas la voix de ‘Abdel-Majîd, est-ce que c’est la voix de ‘Abdel-Majîd ?!".

Ô mes frères ! Écoutez ! Écoutez ! Afin que vous ne soyez pas attristés par ces opiniâtretés !

Allah Le Très-Haut dit au sujet des opiniâtres (obstinés) (ce dont la traduction du sens est) : "Et même si Nous ouvrions pour eux une porte du ciel, et qu’ils pussent y monter, ils diraient: "Vraiment nos yeux sont voilés. Mais plutôt, nous sommes des gens ensorcelés". (Sourate Al-Hijr v.14).

Ô mes frères ! Les obstinés, nous ne pouvons rien faire pour eux ! Peut-être que tu vas dire : "A frappé est un verbe au passé". Et il dit : "C’est un impératif ! C’est un impératif ! Qui t’a dit que c’est verbe au passé ?!". Tu lui dis : "Le Soleil s’est levé par ici (le levant)". Lui il te dit : "Non, c’est du couchant ! Mais seulement toi tu ne vois pas ! Mais seulement toi tu ne vois pas !". Les obstinés, faites leur savoir que nous ne pouvons rien pour eux mais nous avons pour eux le Livre de notre Seigneur et la Sunnah de notre Messager Mohammad صلّى الله عليه و سلّم et si seulement ils revenaient (de leurs erreurs) et se repentaient !

Et c’est d’Allah Seul dont nous implorons l’aide !".


Prendre la parole des savants sur des individus est une imitation aveugle?
Sheikh Moqbil bin Hâdî Al-Wâdi’î - qu’Allah lui fasse miséricorde.
Source : K7 As˜ilat Ahl As-Sawma’ah bil-Baydâ.

Plus d'articles...

La hizbiya !

Recueil précieux de mises en garde contre des propos fallacieux et pernicieux...

> Lire la suite

La voie salafie

Sheikh Mohammed Nasser Ad-Dine Al-Albani (Qu'Allah lui fasse miséricorde) :

> Accéder aux cours

Alès & environs

Dawrah (séminaire) d'Alès qui s'est déroulé du 27 au 30 Mai 2014 
- 08 cours.

> Accéder aux cours